Faire un petit arrêt à Ambatolampy lors d’un voyage à Madagascar

ambatolampy - Madagascar

Madagascar, également appelé la Grande île, commence petit à petit à se faire une place parmi les destinations les plus courues dans l’océan Indien. Cela s’explique notamment par la beauté époustouflante de ses paysages et par ses plages de rêve encore préservées du tourisme de masse, sans oublier ses villes. D’ailleurs, ne manquez pas d’aller à la découverte de la charmante ville encore méconnue des voyageurs : Ambatolampy. Ambatolampy est une excellente alternative si vous n’êtes pas du genre à suivre les foules. C’est un endroit magique aux multiples facettes.

  1. Ambatolampy : une petite ville artistique connue pour la fabrication d’objets en aluminium

Si vous comptez vous aventurer dans la partie sud de Madagascar durant votre voyage, ne manquez pas de faire un petit arrêt dans la ville d’Ambatolampy. C’est l’une des meilleures attractions touristiques de la partie sud du pays. Voilà pourquoi la plupart des agences de voyages à Madagascar comme celle du site https://madagascar.marcovasco.fr, l’incluent dans leur itinéraire. Située sur la route entre Antananarivo et Antsirabe, la ville d’Ambatolampy est connue pour la fabrication artisanale d’outils en aluminium : ustensiles de cuisine, objets d’art, etc. La plupart des habitants vivent des métiers de la forge et de la fonderie. La ville concentre donc un nombre important de fonderies artisanales qui ne demandent qu’à être visitées. 

Si vous êtes de passage à Ambatolampy, ne ratez surtout pas de visiter la fonderie d’aluminium Alumada. Celle-ci a été créée par un certain Randrianantoanina. C’est ce dernier qui a introduit à Madagascar la technique de moulage en latérite et la fabrication de marmite. D’après la légende, il a été emprisonné pour soupçon d’approvisionnement d’armes aux insurgés malgaches en 1947. Son savoir-faire s’est transmis de génération en génération. Aujourd’hui, sa fonderie Alumada figure parmi les plus célèbres à Ambatolampy et est dirigée par sa petite fille. 

Le mont du Tsiafajavona : le point de rendez-vous des bons marcheurs

Si vous prévoyez de passer un petit séjour à Ambatolampy, n’hésitez pas à vous aventurer dans le mont du Tsiafajavona. C’est l’une des plus hautes montagnes de la Grande île, culminant à plus de 2650 mètres d’altitude. Celui-ci constitue un terrain de jeu idéal si vous aimez les randonnées en pleine nature. L’ascension de cette montagne vous permet d’admirer des paysages grandioses, mais aussi des lieux de cultes très sacrés. Mais avant d’arriver au sommet, vous allez devoir traverser une vaste forêt de pins s’étendant sur près de 9 000 hectares : la forêt de Manjakatompo. 

Au cours de cette randonnée, vous pouvez aussi découvrir de magnifiques cascades et étangs. Une fois en haut, la vue est tout simplement stupéfiante. Les paysages sont à couper le souffle. Si vous comptez explorer le mont du Tsiafajavona, songez à vous équiper au mieux en fonction de la saison. Si vous partez durant l’hiver, n’oubliez pas d’emporter des vêtements chauds, un coupe-vent… En effet, la température peut descendre jusqu’à 3 °C durant l’hiver, particulièrement entre juillet et septembre. 

Le Rova de Tsinjoarivo

Il n’est pas question de quitter la ville d’Ambatolampy sans faire un tour dans le célèbre Rova de Tsinjoarivo. Cette ancienne résidence royale est située à quelques kilomètres de la ville, mais vaut vraiment le coup d’œil. C’est la reine Ranavalona I qui avait ordonné de construire ce palais, aujourd’hui transformé en musée. À l’époque, le Rova de Tsinjoarivo était composé de cinq bâtiments, dont le plus grand servait de résidence royale et avait accueilli deux seigneurs du nom d’Andrianaivoravelo et de Ramanjaka. 

C’est un lieu historique à visiter absolument lors de votre passage. Le Rova de Tsinjoarivo étant situé en haut des chutes d’Ambavaloza, ne ratez donc pas d’admirer la beauté de ces cascades signifiant « tout près du danger ». Les eaux viennent chuter dans deux rochers formant une gueule de fauve. 

Laisser un commentaire